la lettre qui

 

 

 

Paru le 13 septembre 2012 aux éditions XO

 

Résumé : 

 

Il était juste parti poster une lettre. 
Mais c’est mille kilomètres qu’il va parcourir à pied. 
Un roman inoubliable qui a conquis le monde entier.

« Je suis en chemin. attends-moi. Je vais te sauver, tu verras. Je vais marcher, et tu vivras. »

Harold Fry est bouleversé par la lettre qu’il reçoit de Queenie Hennessy, une ancienne amie qui lui annonce qu’elle va mourir.
Alors que sa femme, Maureen, s’affaire à l’étage, indifférente à ce qui peut bien arriver à son mari, Harold quitte la maison pour poster sa réponse. Mais il passe devant la boîte aux lettres sans s’arrêter, continue jusqu’au bureau de poste, sort de la ville et part durant quatre-vingt-sept jours, parcourant plus de mille kilomètres à pied, du sud de l’Angleterre à la frontière écossaise. 
Car tout ce qu’Harold sait, c’est qu’il doit continuer à marcher.
Pour Queenie. 
Pour son épouse Maureen. 
Pour son fils David. 
Pour nous tous.

 

 

Mon avis : 

 

Tout commence quand Harold reçoit la fameuse lettre dont il ne reconnaît pas l'expéditeur. Il s'avère que c'est l'une de ses anciennes collègues qui est en soins intensifs pour un cancer. Il décide de lui répondre tout de suite et d'aller poster sa missive. Il dépasse la première boîte aux lettres puis la suivante.. 

En rencontrant une jeune fille à une station service et en discutant avec elle, il est persuadé que s'il marche jusqu'à Queenie, il la sauvera de son cancer. Mais Beckwin se trouve à 800 km de chez lui. 

Alors il marche et marche en dépit de souffrances physiques (ampoules, mal au mollet) et des intempéries. Cette petite aventure n'est pas du tout du goût de sa femme.

Mais avec cette aventure Harold revit et fait le bilan de sa vie... Tout y passe : son  enfance, sa femme, son fils. Cette marche est avant tout une introspection sur son passé. Il se demande ce qu'il a fait pour que ses parents ne l'aiment pas. Pourquoi n'a-t-il pas réussi à être proche de son unique fils alors qu'il l'a ardemment souhaité? Pourquoi un fossé irrémédiable s'est creusé petit à petit entre sa femme et lui? Il se rappelle leur rencontre mais en a oublié certains détails.

Harold, au départ de son aventure, apparaît comme un vieil homme qui a perdu toute confiance en lui et ses capacités. Mais au gré de son chemin et de ses rencontres, avec ls encouragements glânés ici et là, il aura foi en cette mission qu'il s'est imposé. Au final, l'affaitr devient médiatique et on le surnomme le pélerin.

Maureen apparaît dès les premiers chapitres comme une femme austère et acariâtre. Le genre de vieille femme aigrie que je déteste. Mais avec l'absence prolongée de son mari, elle va, elle aussi, se livrer à sa propre introspection du passé. Elle constate pas mal de ses erreurs. Elle découvre que par manque de courage, elle disait beaucoup de mots cassants et méchants à sa moitié.

Je ne dévoilerai pas la fin car la surprise doit rester intacte.

En conclusion, je dirai que c'est une lecture agréable. Le style est fluide, les chapitres courts permettent une progression rapide dans la lecture. Néanmoins, je n'ai pas été autant transportée que je l'aurai souhaité. Harold m'a parfois agacée avec ses questionnements. Mais ça reste un livre agréable à lire.