marius

 

Paru aux éditions de Fallois en 1988, 223 pages

 

Résumé : 

 

A force d'observer les grands voiliers qui font escale dans le Vieux-Port, en face du bar de son père César, Marius n'a plus qu'une obsession : partir. Cette envie est si forte qu'elle l'empêche de voir l'amour que lui porte Fanny, la petite marchande de coquillages qui tient éventaire sur la terrasse du Bar de la Marine. Ce n'est que lorsqu'un des clients, Maître Panisse, la serrera d'un peu trop près qu'il en prendra conscience. Pour garder Marius, Fanny se donnera à lui, mais en vain. Elle lui fera alors croire qu'elle en aime un autre. Mais la mer restera la plus forte et Marius embarquera sur "La Malaisie".

 

 

Mon avis : 

 

Je ne vous cache pas que c'est la sortie en salle de l'adaptation qui m'a donnée envie de découvrir ce livre. Première surprise : il s'agit d'une pièce de théâtre. Je l'ignorais totalement. Cela ne m'a nullement gênée dans ma lecture. Au contraire, les scènes s'enchaînent et le tout est très rythmé. Du coup ma lecture a été très rapide. En si peu de temps, il se passe énormément de choses. 

J'ai pu lire enfin la fameuse scène du jeu de cartes et du "tu me fends le coeur". J'ai bien ri. Tout en lisant je ne pouvais qu'imaginer les personnages s'exprimant avec l'accent chantant. Cette lecture est tout à fait adaptée à cette période estivale. Cependant, les expressions typiques m'ont un peu destabilisées car je n'y comprenais pas grand chose. 

La relation entre Marius et Fanny est une très belle histoire. Marius, très timide, mettra un certain temps à se déclarer à sa belle. Fanny, malgré son jeune âge (18 ans), n'a pas froid aux yeux et pousse celui qu'elle aime dans ses retranchements. Elle lui dévoile de but en blanc ce qu'elle ressent. Par bien des fois elle a tenté d'attirer son attention auparavant, mais il ne s'est aperçu de rien. Marius était trop préoccupé par ses envies et désirs de naviguer. Fanny, trop amoureuse de lui, se sacrifiera pour lui. Tout cela se déroule rapidement. La fin est même brutale car tout est précipité. 

Je suppose donc qu'il faut lire "Fanny" pour connaître la suite... 

 

<< Marius : Tu ne t'imagines pas que je suis jaloux, n'est-ce pas?

Fanny : Oh! Voyons Marius ... Pour être jaloux, il faut être amoureux >>